les implants dentaires

 

L’implant dentaire est une RACINE ARTIFICIELLE qui a pour but de remplacer une dent manquante. Cette racine artificielle en TITANE va être insérée dans l’os de la mâchoire comme fondation de la reconstruction implantaire. Au contact du titane, l’os va cicatriser et se souder ; on appelle ce phénomène l’OSTEOINTÉGRATION, qui peut prendre 2 à 6 mois en fonction des cas.

 

Dans certaines conditions, le protocole peut être accéléré : une prothèse provisoire peut être alors mise en place immédiatement après la pose de l’implant.

 

QUELS SONT LES PRINCIPAUX ATOUTS DE L'IMPLANT DENTAIRE ?

  • Il préserve l’intégrité des dents saines environnantes, à la différence des bridges.
  • Il préserve le volume osseux résiduel, à la différence des prothèses amovibles (dentiers).
  • Il possède un taux de succès thérapeutique très élevé à long terme (plus de 95%), en comparaison aux autres réhabilitations dentaires (bridges, prothèses amovibles…).
  • Il y a peu de contre-indication à la pose des implants dentaires.
  • La chirurgie dentaire est peu invasive et indolore.

 

QUAND POSER UN IMPLANT DENTAIRE ?

Un implant dentaire peut être placé directement après l’extraction d’une dent ou après la cicatrisation de l’os et de la gencive.

La solution implantaire requiert certaines conditions :

  • Localement : pour poser un implant dentaire, il faut que le volume et la qualité de l’os de la mâchoire soient suffisants. Cependant, il est possible d’augmenter ce volume par des greffes osseuses.
  • Diabète non équilibré, cardiopathies valvulaires, insuffisance rénale, prise de bisphosphonates en IV, irradiation de la sphère ORL, immunodépression peuvent représenter des contre-indications d’ordre général à la pose de l’implant. A noter que le tabagisme actif multiplie par 2 le risque d’échec d’intégration de l’implant dentaire dans l’os.

 

COMMENT POSER UN IMPLANT DENTAIRE ?

Dans la majorité des cas, un SCANNER est nécessaire pour connaître de manière très précise le volume exact du site à implanter (voir bilan pré-implantaire). Nous pouvons ainsi déterminer la longueur et le diamètre de l’implant dentaire.

La chirurgie dure entre 30 minutes et 2 heures selon le nombre d’implants et la nécessité ou non de comblement osseux. Elle est réalisée dans des conditions d'asepsie très rigoureuses.

L’ensemble de l’acte est réalisé sous anesthésie locale. Il s’agit d’un geste simple et non traumatique.

Il est impératif de bien respecter les conseils post-opératoires et les prescriptions fournis par le chirurgien pour que la cicatrisation se fasse dans les meilleures conditions possibles.

 

ADOPTER UNE HYGIÈNE BUCCO-DENTAIRE RIGOUREUSE EST INDISPENSABLE POUR LA CICATRISATION DE LA GENCIVE ET L’INTÉGRATION DE L’IMPLANT DANS VOTRE MACHOIRE.

 

En détail :

 

Le bilan préimplantatoire

 

Comme toutes reconstructions, l’implantologie exige au préalable un bilan, une réflexion et des plans d’exécutions : C’est le projet de soins

La chirurgie implantaire est une discipline de l’art dentaire hautement spécialisée, qui répond à des conditions d’exercice très rigoureuses. Un bilan pré implantaire est incontournable, il comprend un examen clinique complet et un examen radiologique précis. Il en découle un projet thérapeutique ou «plans d’exécution» de la future reconstruction implantaire.

  • L’ examen radiologique est principalement composé d’une radiographie panoramique et d’un scanner.
  • Les scanners de nouvelles générations appelés «Cone Beam» sont moins irradiants et permettent de définir les volumes osseux utilisables à la pose des implants.
  • C’est le projet thérapeutique qui guide la pose des racines artificielles et non l’inverse, c’est à dire que l’on ne pose pas les fondations d’une structure sans avoir réfléchi à la reconstruction finale.

Cette précaution, si elle n’est pas respectée, est la principale cause d’échec thérapeutique et d’insatisfaction des patients.

Une fois en possession de tous ces éléments, un plan de traitement est élaboré et proposé avec un coût précis et global.

 

Voici 3 bilans et planifications implantaires :

 

 

 

Pose de l’implant dentaire

 

La procédure se déroule généralement sous anesthésie locale, directement à la clinique dentaire. Il est possible d’avoir également recours à une sédation, soit l’administration d’un médicament servant à apaiser les tensions engendrées par le stress. 

Voici les principales étapes de la pose d’un implant dentaire :

  • Une incision est d’abord pratiquée dans la gencive, à l’endroit où l’implant sera installé;
  • Une ouverture est ensuite effectuée à l’intérieur de l’os alvéolaire. Toutes les précautions nécessaires sont prises afin de ne pas toucher aux sinus maxillaires et à certains nerfs;
  • L’implant est par la suite vissé dans l’os, jusqu’à ce qu’il se trouve au même niveau que celui-ci;
  • Un délai de trois à six mois doit ensuite être observé afin de permettre à l’implant de bien s’intégrer à l’os. C’est ce qu’on appelle l’« ostéointégration ».

Lorsque des extractions doivent être pratiquées afin de remplacer les dents par des implants, nous pouvons décider d’appliquer ce qu’on appelle la « technique d'extraction implantation immédiate». Ainsi nous vissons alors les implants dans l’alvéole dentaire, soit le trou laissé par les racines extraites, immédiatement après l’extraction. Un délai de guérison de deux à six mois doit tout de même être respecté avant de passer aux étapes suivantes.

 

Types de vis

 

Deux types de vis existent afin de s’adapter à chacun des deux protocoles chirurgicaux existants, soit la chirurgie en une phase et la chirurgie en deux phases. Le choix du protocole (et de la vis qui convient) revient au chirurgien pendant l'intervention si nécéssaire.

  • La vis de couverture : Ce type de vis convient à la chirurgie en deux phases. Une fois l’implant dentaire inséré dans l’os alvéolaire, la gencive est refermée par-dessus celui-ci. Lorsque le processus d’ostéointégration est terminé, soit 2 à 6 mois après la chirurgie implantaire, une incision est pratiquée afin de dégager l’implant et d’y fixer la vis de cicatrisation.
  • La vis de cicatrisation : Ce type de vis convient à la chirurgie en une phase, au cours de laquelle la vis est fixée dans l’implant dentaire au moment de la pose de ce dernier. La gencive est alors refermée autour du pilier. Le processus d’ostéointégration s’effectue donc avec le pilier en bouche. Une attention particulière doit alors être portée par le patient ou la patiente au moment des repas et lors du brossage des dents, afin de ne pas appliquer de pression sur le pilier.

 

Restauration prothétique

 

Une fois le processus de guérison et d’ostéointégration terminé, le dentiste restaurateur installe une prothèse artificielle finale (couronne, bridge ou prothèse dentaire) sur le pilier de l’implant dentaire

La fabrication de la prothèse est effectuée en laboratoire à l’aide de modèles dentaires .

Plusieurs visites chez le dentiste peuvent être requises pour obtenir un ajustement idéal de la prothèse finale sur le pilier.

Il peut arriver qu’une prothèse temporaire soit installée en bouche en même temps que l’implant et le pilier, selon la méthode utilisée par le dentiste. Une collaboration étroite est donc requise afin de coordonner la fabrication de la prothèse temporaire et la chirurgie implantaire.

Cette dernière étape du traitement permet au patient de retrouver une fonction masticatoire normale ainsi qu’une meilleure esthétique de la bouche et du visage.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Docteur Fernandez Philippe